0

Le riad à Marrakech permet de découvrir le safran

riad-a-marrakech

Les épices et les condiments sont des composantes qui ont en partie fait la réputation de la ville de Marrakech. En effet, La ville et le pays tout entier sont connus pour la qualité des plats qui y sont servis, la douceur des plats et la saveur que les épices leur procurent. Les touristes se bousculent aux portes du riad à Marrakech afin de déguster ces mets cuisinés par les employés Marocaines des riads du pays.

Le safran est l’une des épices produites et utilisées au Maroc, en fait le safran est l’épice la plus chère au Monde et l’un des pays qui le fabrique est le Maroc. La production du safran Selon la légende le safran s’est retrouvé sur la côte méditerranéenne, grâce aux botanistes d’Alexandre Le Grand, qui en revenant d’Asie en ont ramené. Il semblerait que le safran soit originaire du Népal ou du Tibet mais une question demeure quelle est l’origine réelle du safran ? Une chose est sûre, de nos jours parmi les pays qui produisent le safran, l’on peut citer le Maroc. Toutes les régions Marocaines ne produisent pas le safran, seulement la région de l’Ourika, non loin des riads à Marrakech et la région de Taliouine non loin de la chaîne montagneuse de l’Atlas.

Une coopérative est en charge de la gestion du safran, c’est-à-dire sa production et sa distribution, il s’agit de Souktana, qui existe depuis les années 1950 et qui travaille pour que les populations bénéficient du meilleur safran. Il semblerait tout de même que la production du safran est assez complexe. Produire du safran comprend des étapes assez délicates, tout d’abord il faut que la cueillette se fasse dans les safraniers à l’aube, quelques minutes ou heures avant le lever du soleil. Comme nous l’avons déjà dit, on trouve des safraniers non loin des riads à Marrakech dans la région de l’Ourika.
La cueillette consiste en fait à récupérer les seuls stigmates que comprennent les fleurs violettes de la plante à l’origine du safran : le Crocus sativus. Il faut prévoir l’émondage d’environ 600 fleurs par heure. Sachant que chaque fleur comporte trois pistils rouges et que le stigmate se trouve à l’extrémité du pistil, il faut compter en moyenne 150 000 fleurs pour obtenir un kilo, tandis que pour obtenir un kilo séché, il faut sécher environ 5 kilos frais. En gros, il faut à peu près 150 000 fleurs pour obtenir un kilo.

C’est le processus de cueillette assez fastidieux et complexe pour les populations locales qui explique en grande partie le prix élevé du safran dans les villes. En effet, il faut considérer la rémunération de tout le personnel nécessaire pour la cueillette et y rajouter les frais de transport et autres frais liés à la conservation et la distribution de l’épice. Le safran coûte en moyenne 25 000 euros le kilogramme.

*