0

Les carburants de première génération comme l’éthanol de la cheminée

cheminee-ethanol-bio

Est-ce que les biocarburants seraient-ils néfastes au final ? Cette interrogation est l’une des préoccupations actuelles des chercheurs et experts de l’environnement. Il est important qu’ils aient ces interrogations au vu de l’engouement que les gens manifestent à l’égard des biocarburants. En effet, on note une explosion dans l’utilisation de ces carburants à base de plantes et autres ressources naturelles, que ce soit dans les véhicules ou dans la cheminée à l’éthanol sur le site http://www.chemineo.fr/, les biocarburants sont utilisés sous différentes formes. Petite définition avant de poursuivre. Le biocarburant fait référence à tous les combustibles en forme liquide produits à base de plantes cultivées. Certains lui donnent aussi le nom d’agrocarburant afin de bien marquer la relation qu’il y a entre le carburant et le secteur agricole et les cultures vivrières. Au départ, deux types d’agrocarburants de première génération ont été mis sur pied, il s’agissait de la filière bioéthanol. Le bioéthanol est un alcool que l’on mélange à l’essence et qui porte aussi le nom de super éthanol. Le bioéthanol est produit à base de plantes à sucre comme la betterave, le blé, la canne à sucre, etc.

On retrouve aussi la filière du biodiesel dans la catégorie des biocarburants de première génération. Le biodiesel est fait à base d’huile végétale et on s’en sert principalement dans les engins dotés de moteurs diesel. Le biodiesel est fabriqué à partir de colza, d’arachide, de soja ou de tournesol. En général ce carburant est commercialisé à la pompe associée à du gazole à hauteur de 5%. Les zones de production sont bien réparties à travers la planète. En Europe on fabrique essentiellement les huiles pour le biodiesel, pendant qu’aux États-Unis et au Brésil on opte pour la fermentation alcoolique des plantes en vue de produire du bioéthanol.

Le biodiesel et le bioéthanol qui sont les principaux carburants de première génération sont de nos jours fabriqués à l’échelle internationale et industrielle. Pourtant ces carburants ne peuvent être produits qu’en quantité limitée puisqu’ils sont des éléments de concurrence face à la production alimentaire. Ainsi, la cheminée à l’éthanol ne manquera pas de carburant de qualité. Au fil du temps et des expériences, les chercheurs ont mis en place de nouvelles méthodes de fabrication de biocarburants qui impliquent de se servir de matières premières différentes, dans le but de préserver le secteur agro alimentaire et de ne pas trop user les terres utilisées actuellement.

0

Préserver l’environnement grâce aux trottinettes et autres moyens de transport

Trottinettes electriques

Les émissions de gaz à effet de serre sont très nombreuses depuis quelques années et proviennent en grande partie du secteur des transports. C’est pour cette raison que pour faire diminuer ces émissions, il est important de faire des changements dans nos habitudes, dans les moyens que l’on utilise pour se rendre à son lieu de travail ou ailleurs. Les trottinettes pour enfant électrique sont de bonnes méthodes de déplacement, elles sont utilisées depuis plusieurs décennies, mais on retrouve d’autres méthodes de déplacement sur le marché comme le covoiturage, l’autopartage, etc. Le vélo taxi est un mode de transport à la fois original et écologique. C’est un mode de transport qui ne pollue pas et qui ne fait pas de bruits en circulant. Il s’agit d’un tricycle à pédales qui a la capacité de transporter deux personnes. Cet engin est équipé d’un moteur électrique qui s’avère utile sur les côtes. Il est vrai que le vélo taxi est assez lent, car il roule à une vitesse se situant entre 10 et 25 km/h.

Le vélo taxi a une vitesse assez semblable à celle des trottinettes et il présente de nombreux avantages qui pourraient séduire de nombreuses personnes. Premièrement, le vélo taxi est autorisé à rouler sur la chaussée, les rues piétonnes et les pistes cyclables, puisque cet engin est considéré comme un cycle. Le prix du vélo taxi reste assez accessible à de nombreuses bourses, il faut compter en moyenne 1 euro par passager et par kilomètre parcouru. Le vélo taxi est idéal pour les déplacements sur les courtes distances et le trajet ne vous coutera pas plus qu’un ticket de bus, tout en préservant l’environnement. On retrouve dans de nombreuses villes des sociétés qui offrent ce service : Urban-Cab, cycloville, Cyclopolitain, etc. Ce moyen de transport qui jusqu’à présent était répandu en Asie et en Afrique est en train de prendre de plus en plus d’ampleur en Europe et dans le monde.

Les voitures hybrides et électriques font partie des habitudes depuis plusieurs années. La voiture électrique fonctionne avec l’assistance électrique, mais ne présente pas les mêmes caractéristiques que les trottinettes électriques. La voiture électrique est dotée de batteries qui peuvent être rechargées et de moteurs électriques qui permettent au véhicule d’avoir des performances asses respectables. Sur des distances qui se situent entre 100 et 200 km, le véhicule est performant sans émettre de gaz nocifs. Certes la voiture électrique présente des avantages, mais elle présente également quelques inconvénients comme le nombre réduit de points de rechargement de la batterie et son manque d’autonomie. De nombreux constructeurs mettent en avant le concept de voiture électrique, nous pouvons citer Renault avec son modèle Twizy et sa Zoé, Mercedes et sa Classe S, Toyota et sa Prius plug-in, Peugeot et sa 3008. Les modèles de voitures électriques sont de plus en plus nombreux sur le marché. De nombreuses méthodes sont mises à la disposition des usagers afin de préserver l’environnement tout en continuant à se déplacer et en faisant des économies.

0

Travailler dans la production audiovisuelle en Haute-Savoie et en France

production audiovisuelle

La production audiovisuelle en haute Savoie ou dans d’autres régions de France est un secteur où l’on retrouve de nombreuses professions. Il n’est pas impossible de trouver sur un plateau de tournage, une équipe de plus de 50 personnes, entre le producteur, les producteurs exécutifs, les producteurs délégués, le réalisateur et ses assistants, les régisseurs, etc. Sans oublier les acteurs, les maquilleurs, etc. En gros une grosse équipe composée d’artistes et de techniciens, pour aboutir ensemble à une production réussie et à succès. Si on prend l’exemple du régisseur, c’est une profession assez prenante, ce dernier doit connaître les autres professions et pouvoir assurer le relais entre les différents besoins de chacun. Sa mission principale est de prendre en charge la logistique sur le plateau, c’est-à-dire s’occuper de fournir à chacun le matériel dont il a besoin et fournir à manger et à boire à tout le monde. De nombreuses formations permettent d’accéder à ce métier, surtout en France. Nous pouvons par exemple citer le BTS des métiers de l’audiovisuel, avec une option en gestion de production. Ce diplôme permet d’acquérir un enseignement de base, puisque la production et la régie sont des professions assez liées.

En matière de statistiques, nous pouvons dire qu’en ile de France, le secteur de la production audiovisuelle en Haute-Savoie et ailleurs regroupe 7 000 permanents et plus de 61 000 intermittents qui travaillent pour la télévision, mais aussi pour les films. En termes de production de publicités et de films institutionnels, nous pouvons citer 3 100 permanents et 21 intermittents. Pour la production de films, on compte 3 700 permanents et 58 900 intermittents. S’agissant de post production de films, de vidéos et de programmes télé, on retrouve 5 700 permanents et 15 500 intermittents.

Au total les effectifs en Ile-de-France font 80% des permanents et 85% des intermittents sur l’étendue du territoire français. Toutefois on constate que la production audiovisuelle en Haute-Savoie et dans le reste du pays est marquée par une augmentation progressive des effectifs permanents dans le domaine de la production des films destinés à un usage télévisuel. On enregistre environ 500 nouveaux emplois en 2013. Pourtant on observe la tendance inverse dans le secteur de la post production avec un recul nettement perceptible et persistant. Ces chiffres montrent bien que les producteurs, réalisateurs et les distributeurs du secteur de la production audiovisuelle en France ont une préférence pour les films destinés à la télévision. La demande est de plus en plus forte sur ce segment et il faut bien que l’offre s’en accommode.

Pages ... 1 2